Nombre total de pages vues

lundi 16 septembre 2013

Alain de Benoist est-il un brave garçon ?



C’est délibérément  que je reprends cette formulation déjà utilisée pour parler de Soral

J’avais essayé ICI et LA  d’appeler quelques néo-droitistes à venir me donner leur sentiment sur le «pape de la nouvelle droite» mais ces braves garçons ont, semble-t-il, des choses plus intéressantes à faire que de s’interroger sur le monde de valeurs d’extrême-droite et de droite qu’ils partagent avec lui. Ils préfèrent - ainsi ce raciste de Pierre le Vigan -  écrire des articles apologétiques  envers le premier des néo-fascistes et des négationnistes

J’avais également parlé ICI, en fin de fil, de mon intention de parler du livre de souvenirs, Mémoire Vive, qu’Alain de Benoist présente comme définitif pour le comprendre.

C’est en rangeant les dossiers de ma boîte à courriels et en retrouvant des courriels échangés avec lui que m’est venu l’idée de créer un nouveau blog 

En effet, je ne crois pas qu’il ait vraiment sa place sur ce blog qui, rappelons-le est consacré aux bouffons 

Alain de Benoist n’est pas un bouffon. Reste à savoir si c’est seulement un «brave garçon» ou si c’est aussi un fumiste.

Alain de Benoist, contrairement à un Soral ou un Robin, n’a manifestement rien compris aux possibilités de la «révolution d’internet». Son analyse du phénomène est du type catastrophiste. Tout comme le gentil Finkielkraut, il a une conception de la culture complètement passéiste. On ne peut donc s’étonner des propos qu’il a eus sur l’animateur de l’émission Répliques.   
video



Mais déjà dans cet entretien, on peut comprendre toute la différence politique qu’il y a entre un réactionnaire du style de Finkielkraut et un… «brave garçon» … comme Alain de Benoist qui a l'air de vraiment croire qu'il serait la seule personne capable de nuances. Ce alors que ce qui domine dans les écrits de cet idéologue est justement le manque de nuances ... (Un exemple parmi d'autres de ce manque,  est le nombre de fois où vient sous sa plume la formule "ce sont les mêmes qui ...." alors que ce ne sont justement généralement pas les mêmes). 

Quant on a passé sa vie à maintenir en permanence des relations avec des gens dont l'antisémitisme est patent - d'extrême-droite mais aussi d'extrême-gauche - , on ne peut pas donner des leçons de "nuance" - à moins d'être quelqu'un de pas très sérieux -  à un  Finkielkraut parce qu'il est fidèle à l'Etat hébreu. 

Si j’ai parlé de l’aspect «révolutionnaire» d’internet, c’est parce qu’il permet, autrement que par les canaux précédents qu’étaient le livre ou la presse, de donner à connaître, à qui veut s’informer réellement, ce qui sinon ne serait jamais connu et, par exemple ici, l’opinion que peut avoir un proche sur quelqu’un de médiatiquement connu. 

Nouveau Blog sur AdB ICI 


         

2 commentaires:

  1. Peut-être que Alain de Benoist n'est pas un philosophe mais c'est un grand penseur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme

      Il n'est ni "grand", ni "penseur". C'est tout juste un habile compilateur (et un idéologue) qui a toujours eu "l'oeil juste" pour savoir quel auteur pouvait conforter sa vision-du-monde et quel auteur était condamnable au nom de cette vision "réactionnaire", voire néo-fasciste

      J'ai encore le souvenir d'un de ses courriels dans lequel, alors que je le poussais dans ses derniers retranchements, il exprima de façon particulièrement claire sa conviction. Il m'écrivit : "la philosophie des Lumières, c'est Condorcet, à mes yeux l'horreur absolue" ("Absolu", sic !)

      Qualificatif "étrange" quand on le compare à celui dont il se servait - dans le MEME COURRIEL - pour qualifier le régime nazi : "je ne porte jamais de jugements moraux sur un régime politique, mais seulement des jugements politiques. Le nazisme n'est pas pour moi un régime "morbide" ou "monstrueux", termes qui à mes yeux ne veulent pas dire grand-chose, mais un régime politiquement détestable fondé sur une conception du monde étrangère à la réalité"

      Son incohérence et sa mauvaise foi devenaient même franchement grotesque quand, dans toujours le même courriel, il m'écrivit : "Dans mon livre sur nazisme et communisme, j'ai par ailleurs expliqué que l'absolu n'existe pas dans les affaires humaines : aucun régime, si abominable qu'elle ait pu être, n'a jamais été mauvais en tout. Sans cela, il n'aurait été soutenu par personne. Quant à savoir ce qu'il y a eu de "pire" dans l'histoire humaine, tout dépend des critères retenus"

      Bref, pour notre "brave garçon", l'horreur absolue n'existe pas, la Shoah n'est qu'un événement historique comme un autre (Un "détail" disait JMLP ...). PAR CONTRE, les penseurs des Lumières sont l'horreur absolue.

      Mais à part cela, il ne serait pas un idéologue d'extrême-droite ...

      Supprimer