Nombre total de pages vues

lundi 14 janvier 2013

Saidchomsky est-il le bouffon d’un bouffon ?


Ceux qui ont lu mes précédents billets sauront immédiatement qui est celui que j’appelle le second bouffon de cette phrase. Ils savent également que la bouffonnerie que je lui attribue ne fait pas question dans mon esprit. Jean Robin est même en quelque sorte l’archétype des nombreux bouffons qu’internet a fait naître ; de ces gens qui, sans aucune véritable culture, ni la moindre expérience croient pouvoir s’auto-instituer juges sur un grand nombre sujets ; généralement ceux qu’ils ont découverts en surfant sans aucune règle ni méthode mais aussi, tout aussi généralement, ceux guidés par  leurs intérêts étroits ou leurs préjugés les plus lourds.  Jean Robin donc, qui, sans sens du ridicule aucun, s’est auto-institué, parce ce qu’il croit ces parures l’ennoblissent,  «journaliste»  et « écrivain» ;  ce bien qu’il n’ait ni les qualités minimum pour être le premier ni moins encore, si c’est possible, celles pour être le second.  

Après avoir créé un blog comme il y en a des milliers mais le sien du nom ridicule de Jean Robin le Trublion , il s’est lancé, avec une toute petite poignée d’amis apparemment aussi naïfs que lui et du même bord politique (les ringards de droite avant l’âge), dans ce qu’il croit être le journalisme, en créant sa plateforme «Enquêtes et Débats».

Mais ce billet n’est pas consacré à ce malfaiteur du journalisme qui a eu l’habilité, pour faire buzz, d’aller interroger de vieux has been de droite ou d’extrême-droite et d’organiser des sortes de ridicules joutes oratoires car il sait comme le public qu’il vise - les abrutis par la télévision - aiment celles-ci.

Il sera consacré à l'ex-soralien devenu rédacteur chez Robin, le jeune historien dévoré d’ambition qui ne veut pas qu’on sache qu'il l’est (dévoré) alors que c’est l’évidence même à voir son comportement  ; l’homme qui a pris – sans avoir apparemment conscience du total ridicule de la chose – deux noms prestigieux (Saïd + Chomsky) pour composer son pseudonyme ; l’homme qui en quittant l’association Egalité & Réconciliation – il l’a probablement quitté  pour cette raison … -  n’a rien perdu de son arrogance de jeune pédant sûr de sa (petit) Raison ; l’homme qui  s’est rapproche de Robin pas pour je ne sais quelle autre raison que certains se plaisent à avancer mais tout simplement parce que le benêt ne risque pas de lui faire de l’ombre ; bref l’homme qui s’est fait connaître sur la toile par un des premiers articles antisoral alors qu’il ne me semble pas si évident que, sur le plan humain, il vaille réellement plus que celui qu’il critique …

J’ai nommé Sa Suffisance Boursouflée, le «Bouffon intello» «SaidChomsky»

Peut-être peut-on risquer une hypothèse (1) - à constater la suffisance dont est capable Saidchomsky - quant à ce qui l’a poussé un temps vers le soralisme. Ce tropisme n’est-il  pas, tout comme chez certains soraliens, dû  à une déception de voir que l’investissement qu’ils ont mis dans la poursuite d’études supérieures ne débouche pas immédiatement sur des privilèges et gratifications symboliques et/ou pécuniaires auxquelles ils pensaient accéder de suite ; pensées elles-mêmes dues à la haute idée qu’ils ont peu à peu acquis  d’eux-mêmes. Ce, selon cet «aristocratisme petit bourgeois»  bien connu des sociologues.
_____________________
(1) Ce ne peut être qu'une hypothèse puisque le brave monsieur qui se prend pour un Grand monsieur ne sait que jouer au con, et y joue en champion, quant on l'interroge cordialement ; ce comme on le verra plus bas.
_____________________
Si on lit son premier texte antisoral connu (texte dont j’avais immédiatement signalé la parution ICI ) sous cet angle, on peut peut-être mieux comprendre ce qui l’a motivé. A l’instar de l’arriviste Jean Robin, notre SaidChomsky aurait alors écrit cet article pour se faire reconnaître par un certain milieu idéologique – gardant pour plus tard le dévoilement de son vrai patronyme quant certains responsables de la "presse" (papier ou autre) de droite auraient pu déjà apprécier ce qu’il croit être ses qualités d’essayiste et de combattant.  

Je reconnais sans fausse honte que cet article m’avait semblé assez plaisant à la première lecture tant l’article auquel il renvoyait, était - étant donné que Soral en était l’auteur - effectivement lamentable.
Pour dire les choses simplement et honnêtement, cette volée de bois vert contre le pourfendeur grotesque de Chomsky, me semblait amplement méritée. Mais cet article dont notre petit intellectuel nouveau-né de droite aurait peut-être bien voulu que l’on croit qu’il  relevait d’une (difficile) neutralité axiologique sinon d’une parfaite rigueur intellectuelle, me semblait éminemment discutable tant les orientations idéologiques de son rédacteur, la droite de la droite, transpiraient d'évidente façon.

Je ne les ai pas discutées à l’époque et je ne le ferai pas plus maintenant – n’importe qui sachant lire verra les faiblesses et par endroits la parfaite mauvaise foi de son rédacteur.

Saidchomsky  écrivait ainsi : «Mais nous croyons, comme Alain de Benoist, que ce qui compte c'est avant tout de se situer du côté de la vérité (et non à droite ou à gauche), donc de l'honnêteté intellectuelle». Oser écrire qu’Alain de Benoist se situerait du côté de la vérité et qu’il ne serait ni de droite, ni de gauche est une plaisanterie dont il y aurait fort long à dire.

Mais cette défense d’Alain de Benoist pour abattre Alain Soral avait, elle-même, quelque chose de surréaliste au niveau des faits.

On beau dire, fort justement, que participer à une revue ou un magazine n’indique pas si vous cautionnez tout ce qui est écrit dans cette revue ou ce magazine, reste que quant il s’agit d’une publication d’extrême-droite comme Flash, la moindre des choses aurait été de signaler que celui que  Saidchomsky présentait sans rire comme un modèle d’honnêteté intellectuelle et de neutralité idéologique écrivait, lui aussi , dans ce que le petit intellectuel soralo-robinesque appelait lui-même une «brochurette», la même "brochurette".

Pour percevoir à quel point l’admiration que Saidchomsky a pour l’idéologue Alain de Benoist est tout sauf mesurée, il suffit de relire cette burlesque phrase qui n’aura pas échappée à qui sait vraiment lire : «les positions de Noam Chomsky ne sont pas très éloignées de celles d'Alain de Benoist ». Vous avez bien lu ! la référence pour Saidchomsky  est, en premier lieu  Alain de Benoist et Chomsky n’est en somme qu’un second couteau qui s’aligne sur le grand penseur qui n’est ni de droite ni de gauche …

On aurait pu faire également remarquer que celui qui voulait passer pour scrupuleux oubliait de signaler qui, en réalité, avait invité Noam Chomsky à Paris et donc d’éclaircir ses lecteurs sur la différence entre une revue clairement à gauche comme Agone et une revue qui ne veut pas s'avouer de droite comme Krisis.

Au passage on aura appris que pour Saidchomsky Soral est une «bonne plume» et «qu'il a lu Aristote». Nous ne savons pas quelle connaissance réelle de la philosophie a le premier mais si c’est celle d’un certain «Ritoyenne», son compagnon de route du soralisme, qui, sur son site, a glissé le nom de son guru entre Bouveresse et Wittgenstein, nous sommes inquiets  sur les capacités dont dispose Saidchomsky pour penser un peu rigoureusement.

On peut noter enfin la misogynie inconsciente et la féminisation des soutiens de son adversaire qu’opère le petit rédacteur soralo-robinesque quant il écrit au début de son papier que le «groupuscule» (A ce niveau de développement et d'audience peut-on encore appelé E & R un groupuscule ?) de Soral ne serait composé que de «groupies frustrées».  Aux yeux de Saidchomsky ceux qui sont séduits par Soral ne peuvent être que des «gonzesses» un peu gourdes et fanatisées.

Une dernière remarque à propos de ce texte :  

Il faut garder à l’esprit – j’y reviendrai plus loin – que Saidchomsky cite une phrase de l’excellent  «Petit cours d'autodéfense intellectuelle» (Normand Baillargeon) : « les victoires remportées dans un débat [différé, et contre un adversaire absent] perdent de leur valeur et de leur importance proportionnellement au non-respect de ce principe fondamental »  Ce qui est plus que savoureux venant d’un petit Monsieur qui, lorsqu’on l’interpelle en privé, refuse de répondre sérieusement et donc se met lui-même en absence.
=================================== 
Le 10 décembre 2010, le pourfendeur de Soral passe à l’attaque de ce qu’il estime être une autre pointure, Zemmour 

Pour ce faire, il a décidé de ne pas trop se fatiguer, il plagie tout simplement un article d’Henri Maler en «oubliant », bien entendu, de reprendre dans quel optique politique ce dernier avait écrit celui-ci.

Henri Maler écrivait : «À quoi sert Eric Zemmour ?». Saidchomsky, lui, ne semble pas se poser la question de savoir à quoi sert de plagier un article de quelqu’un de gauche et de l’éditer sur un support aussi débilement réactionnaire que celui de Robin .... si ce n’est pour participer à la disparition des repères idéologiques que l’un des penseurs préférés de Saidchomsky, le journaliste Alain de Benoist, prêche. 

Evacuée cette dimension politique, l’article ne devient que le reflet de la pensée d’un imbécile qui fait semblant de confondre une marionnette médiatique avec un intellectuel rigoureux. 
 ============================= 
Le 19 décembre 2010,  Saidchomsky apparaît à nouveau sur le site du benêt Jean Robin. C’est une bombe médiatique croient-ils sans doute tous les deux.  Jean Robin accueille un soralien renégat ! Ce dernier n’a pas renouvelé son adhésion à Egalité & Réconciliation ! (On ne saura paspour quelle raison stupide il avait adhéré).

Saidchomsky est déçu car après son «extraordinaire» article sur Soral (voir ci-dessus), pourtant envoyé à un très grand nombre de site (On verra plus bas que Saidchomsky ment effrontément quant il dit qu’il n’attend rien d’internet) personne ne semble s’être aperçu quelle belle plume il a  et quel historien précis et rigoureux il est. 

Le problème est que Zemmour l’a gentiment mouché.

Ce Grand Lecteur d’Alain de Benoist a été amené à adhérer à Egalité & Réconciliation  (Ce qui correspond à une certaine logique idéologique) mais le guru lui a fait de l’ombre. Mais grâce à cette interview par le Grand Journaliste Jean Robin (Le membre de l’élite du journalisme n’interviewe que les personnalités de qualité. Il va d’ailleurs sortir un livre sur l'immense qualité de ses prestations internautiques...), on pourra alors à nouveau constater quel grand et puissant intellectuel il est...
 
Dans la première réponse qu'il fait à Robin, nous avons une indication intéressante. Il  répond : «les réactions de Alain Gresh, Jean Bricmont et Michel Collon : elles furent indignes et lâches. Les deux premiers m’ont opposé un silence méprisable».
 
On ne voit pas très bien en quoi c’est être «indigne et lâche» ou que c’est  toujours  une preuve de «mépris» que de ne pas répondre et en quoi le silence, d’une façon générale, le serait.
 
La réalité, plus prosaïque, est probablement que Messieurs Gresh et Bricmont ont sans doute bien mieux à faire que de répondre à un petit plaisantin anonyme et sous pseudonyme en mal de reconnaissance et suffisamment faible d’esprit pour avoir «retourné sa veste» en un si court laps de temps. 

Un autre aspect qui montre les côtés innocent et novice de ce « Saidchomsky » est qu’il se plaint d’avoir été insulté par Blanrue. Mais d’où sort ce jeune homme ? N’a-t-il pas compris quel panier de petits crabes indigents sont ces milieux politiques ?  Où se croit-il ? Sur une agora athénienne en train de converser entre gens distingués ? D’être passé par le soralisme ne lui a-t-il pas servi de leçon sur le peu de respect qu’ont, pour certaines vertus intellectuelles, épistémiques, éthiques ou tout simplement morales, ces anti-universalistes, ces néo-antisémites ? 

Dans sa deuxième réponse au «fin» journaliste qu’est Jean Robin (On notera que le simplet, brouillé à vie avec la simple définition ordinaire des mots, appelle «enquête» ce qui n’est qu’analyse en chambre) notre «historien» démontre quel «subtil» psychologue il est. Soral «jalouserait» Zemmour. Il faut ne pas avoir compris grand chose à Soral pour s’imaginer qu’il puisse être «jaloux» de Zemmour ! Soral est bien trop mégalomane pour ça ! Qu’il jalouse sa place est possible, quoique discutable, mais dire qu’il jalouserait l’homme est une absurdité.
 
Sur Chomsky il nous informe que l’on peut «violemment critiquer ses idées». «Violemment», vraiment ? Je serais pour ma part curieux de lire cela sous la plume de Saidchomsky. Je lui conseille de lire auparavant par exemple ceci - s’il veut s’éviter d’être trop ridicule ...
 
Dans sa troisième question notre journaliste benêt préféré pratique la sémantophobie. Plutôt que de parler du milieu antisémite, il parle, ce qui est logique du lieu idéologique où il se trouve, de la «mouvance antisioniste».

Saidchomsky, bien qu’employant, lui, l’expression appropriée «la droite radicale antisémite et xénophobe», n’est pas très clair  dans sa réponse. Il reste flou sur l’antisionisme de gauche (En a-t-il seulement  une réelle et étendue connaissance  ?) ; sans doute parce qu’à mieux creuser cette question, il verrait que sa vision idéologique des choses n’est pas très cohérente ; que, par exemple, comme le fait un de ses son guides intellectuels, Alain de Benoist, nier que l’on puisse faire, et qu’il est important de faire, une distinction entre gauche et droite est justement ce qui amène à ce que la frontière (la frontière entre antisémitisme et antisionisme) soit franchie - sans qu’ils s’en rendent bien compte - par certains esprits faibles de l’extrême-gauche laïque ou non.
   
Au passage - à l’identique des discours d’extrême-droite que l’on trouve à profusion sur la Toile et à l’identique des idées du benêt qui l’interroge - Saidchomsky parle de «la tartufferie française en matière de liberté d’expression». Nous vivons sous un «totalitarisme libéral» (la force de coercition de la «Forme-Capital» écrirait un certain marxo-païen vieillissant). 

C’est l’évidence même ! A tous moments la Police Secrète d’Etat (français) peut venir nous arrêter pour propos séditieux.
 
Quel âge faut-il donc avoir pour croire de telles billevesées ?  Les seuls vrais censeurs aujourd’hui me semblent plutôt être tous les petits kapos qui, comme le crétin Jean Robin, et tant d’autres, censurent les commentaires dès que ceux-ci viennent à démontrer l’inanité des réflexions simplistes qu’ils étalent sur leurs blogs ou sites infantiles.

On apprend également au passage que notre très mature  «historien indépendant» admire sans retenue  le «subtil» humour de Dieudonné (Quel âge faut-il avoir, là également, pour trouver fin et amusant ses fort lourdes plaisanteries, teintées d’homophobie, que sont ses retours constants sur ce qu’il appelle «mettre une quenelle») ; Dieudonné qu’il  innocente rapidement de tout antisémitisme (Antisémitisme pourtant bien imité puisqu’il a même participé à une liste «antisioniste» avec deux personnes notoirement antisémites)

Dans son deuxième paragraphe notre petit historien du temps présent se livre lui-même -  en critiquant l’incohérence des critiques (des antisionistes de la droite extrême) à propos de la politique étrangère de l’Etat hébreu - à des incohérences et à des comparaisons douteuses.

Mais n’entrons pas dans ce débat ici. 

Sur ces extrêmement complexes questions  notre «analyste» en chambre a, lui, une solution.  Il  propose que les «intellectuels» parlent d’autre chose (comme si nous n’avions comme choix que de parler de l’une ou  l’autre chose). Ce alors qu’il n’y a pas un seul  intellectuel digne de ce nom qui convienne en quoi le conflit israélo-palestinien ne ressemble, pour de multiples raisons, à aucun autre

Par ailleurs Saidchomsky voudrait  que chacun ne puisse parler que dans son domaine de compétence ; oubliant que depuis la Révolution Française chaque citoyen a le droit, sinon le devoir, de s’exprimer sur des problèmes qu’il croit, à tort ou à raison, le concerner – ce quant bien même il n’aurait pas de larges  «compétences»  pour le faire (Dans le monde mental de Saidchomsky, il est probable que seuls les membres de «l’élite»  - Jean Robin, par exemple ? - ont assez d’autorité intellectuelle pour avoir le droit de parler).

A la troisième question du quasi simplet, Saidchomsky montre les petites capacités qu’il a à réfléchir à certaines questions ; ici la question des pseudonymes et celle de l’anonymat (qui ne sont pas tout-à-fait des questions identiques). 

Sa première «réponse»  est d’une franche bêtise : «je ne suis pas l’exception» dit-il (Que penserait-on d’un criminel qui, croyant réduire la gravité de son crime, dirait «je ne suis pas une exception» ?)
 
Dans un deuxième temps il fait semblant (ou pense-t-il  réellement ce qu’il dit ?) de ne pas comprendre les implications de cet anonymat. Il escamote la question. Qu’est-ce que cela «changerait au fond de mes articles» qu’on connaissance mon patronyme, dit-il.  

Certes ! Mais la question n’est en réalité pas que là. Elle est aussi de savoir, si l’on a décidé de s’engager dans un combat politique (hier dans son cas pour le soralisme et aujourd’hui, on ne sait pas …), si on est prêt à  assumer publiquement la responsabilité de ce que l’on dit ou écrit. Lui qui juge allégrement des positions de tel ou tel commentateur public devrait se montrer plus pudique à ce sujet. 

Mais nous avons finalement l’explication. Saidchomsky, tout comme un de ses «Maîtres à penser», l'auteur d'un ouvrage non signé sur l'Art nazi (il faut, oui, il ne faut pas se lasser de répéter cette information), n’écrit pas pour le présent, il écrit pour l’avenir. Excusez la modestie …

Enfin le voilà à faire une déduction boiteuse à propos de Michel Drac, Frank Abed et Alain de Benoist sur l’absurdité de certains crétins à déclarer «pro-sioniste» ces trois personnes. S’il serait effectivement particulièrement imbécile de les désigner tous trois comme des pro-sionistes du fait qu’on les trouve sur le site de celui qui interroge notre petit historien, on peut certainement, par contre, les mettre dans la même famille politique ; celle à laquelle lui et son interviewer appartiennent également.  

Saidhomsky fait semblant de ne pas comprendre  (ou pense-t-il, là également, réellement ce qu’il dit ?) que la césure sionisme/antisionisme, tout comme elle existe chez les juifs de la Diaspora, passe aussi  à l’intérieur de l’extrême-droite. Et que la coupure droite/gauche, et leurs extrêmes, passe à l’intérieur du sionisme.  Saidchomsky devrait mieux étudier l’histoire du sionisme sur la longue durée avant que de donner ses «leçons». 
 
On notera enfin qu’après avoir, dans son précédent texte, considéré Zemmour comme un amuseur public pas très rigoureux, il l’appelle maintenant un «seigneur» … (Tout ça, semble-t-il, parce qu’Eric Zemmour lui a répondu …)

On savourera que dans son troisième paragraphe SaidChomsky attribue de manière alambiquée l’étiquette de «sioniste»  à Jean Robin (Si cette mule est quelque chose en «isme» ce n’est pas, à mon avis, comme sioniste mais seulement comme «robiniste» ; ce qui est nettement moins flatteur)

Je me suis interrogé sur ce que SaidChomsky veut bien vouloir dire quant il dit : «je suis loin de partager nombre d’idées de Jean Robin». De quelles idées parle-t-il donc ? Et est-il sérieux de parler d’idées (à débattre) à propos de quelqu’un dont le vagabondage sur des thèmes d’extrême-droite et le vide intellectuel est si patent ? 

On notera Enfin que, se contredisant lui-même (voir plus bas), il se considère comme un «collaborateur» du site Enquêtes & Débats
==========================
Le 18 février 2011, notre petit historien de droite, qui semble passer, comme celui dont il est le collaborateur, un temps infini devant la télévision (mais quant donc trouve-t-il, lui qui se prétend si cultivé et prétend avoir une vie sociale chargée – voir plus bas - de lire ?) – il va même jusqu’à revoir une seconde fois des émissions de télévision qui ne méritaient même pas une première vision ! -, devient petit commentateur de l’actualité médiatique et revient sur celui qu’il avait appelé «seigneur» (Son admiration semble à éclipses)   

Je ne vais pas, contrairement à ce que j’ai fait pour ses deux précédents billets, commenter pas à pas sa prose. Pour une raison assez simple. Ces querelles entre membres du PAF ne m’intéressent tout simplement pas et je n’ai donc nullement envie de perdre mon temps à visionner les micro-événements ayant ponctués ces querelles. Je trouve complètement ridicule et pédant ce travail de Saidchomsky. 

Qu’on analyse de la prose qui a la prétention à un certain niveau car celle-ci est sensée avoir été pensée préalable est une chose ;  décortiquer (à la façon dont Faurisson décortiquait Rimbaud ou Lautréamont) la moindre parole d’un homme de télévision n’a pas grand sens ni intérêt. 

Saidchomsky se fait plaisir à bon compte. Ce n’est que masturbation «intellectuelle» ici.

Ceci dit on apprend plusieurs petites choses sur lui à la lecture de ce pensum :

   (1) Que les «raccourcis analytiques du cinéaste belge Patric Jean sont patents». Mais on ne sait pas pourquoi il les estime tels.    
   (2) Qu’il affectionne la formule toute faite «Tribunal de la pensée» sans, semble-t-il, s'interroger sur la légitimité qu'il y a à utiliser une telle expression  
(3) Qu’il pense, comme toute l’extrême-droite, qu’il n’est pas légitime que les "associations puissent à leur guise ester en justice" (Un réformateur de la Justice en papier tel Saidchomsky fait peur) 
(4) Qu’il pose des questions à propos de Zemmour qu’il devrait commencer par se poser à lui-même (est-il naïf, idiot-utile ou imbécile pour ne pas encore avoir compris le fonctionnement des médias ?) et au crétin qui l’accueille sur son média … 
(5) Qu’à choisir il préfère pas d’exégèse du tout qu’une exégèse qui risque de montrer les soubassements idéologiques de certains discours (ce qui revient, par exemple, à condamner aussi bien les travaux de Jean-Pierre Faye que ceux que le philologue Victor Klemperer a fait dans sa TLI  )
(6) Qu’Eric Zemmour  «(sur)interprète à l’aune de ses propres présupposés idéologiques» (Mais Saidchomsky nullement, bien entendu … ni encore moins celui avec lequel il collabore évidemment)
(7) Qu’il est un farouche défenseur de la Noblesse de toute la Police Française qui, comme chacun sait, n’a, ni par le passé, ni au présent jamais fait de contrôles au faciès.
(8) Qu’il est mécontent que (et ne comprend probablement pas pourquoi) Madame Lucienne Bui Trong soit allé soutenir Eric Zemmour à son procès 

Ensuite notre «historien» se croit dans un prétoire et, avec toujours autant de pédanterie (pour épater le public du simplet Robin ? ), se pose en spécialiste du Droit Pénal.  

Jusqu'où va descendre l'ex-soralien Saidchomsky ?
========================================== 
Le 22 février 2011, Saidchomsky, se lance, toujours sur le site du benêt Robin, dans la critique du nouvel essai de son ex-guide.

Pour cela il ne s’est pas contenté de lire l’opus du gesticulateur – ce qui aurait largement suffit -, il est même allé, de par sa scrupuleuse et inutile (dans le cas présent) maniaquerie habituelle, l’écouter «Lors de sa conférence au théâtre de la Main d’or».  

Il raille alors, sans grande originalité, le côté bonimenteur du petit guru. Et ici aussi fait semblant - ou peut-être croit-il réellement à ce qu’il écrit, on finit par se le demander - de comparer ce que serait un exposé magistral réservé à une assemblée sélectionnée et ce qui n’est qu’un discours idéologique ni plus, ni moins critiquable que n’importe quel discours idéologique quant il devient caricature de lui-même.

Ensuite, en tant que petit réactionnaire voulant élever une barrière entre le public soralien et « l’élite » à laquelle, comme le premier néo-droitiste commun, ou le premier universitaire-crétin venu,  il croit appartenir, il commence par souligner ce qu’il croit être l’immense distance qu’il y aurait entre les membres de cette «élite» et celui qui l’a déçu au point qu’il ne renouvèle pas son adhésion à son "groupuscule".

Au passage il ne manque pas d'écrire qu’Alain de Benoist serait «admirativement loué par Alain Soral». Outre que ce n’est plus tout à fait exact aujourd’hui, notre petit historien du temps présent ne s’interroge pas trop sur les raisons de cette «admiration» car s’il le faisait, il lui apparaîtrait peut-être qu’il y a, contrairement à ce qu’il semble croire, une logique à celle-ci ; tout simplement celle de la  convergence idéologique. 

Notre petit historien va alors, petitement, admonester son ancien guide sur ses généralisations et simplifications. Je ne commenterai pas ici ce démontage de la prose de l’essayiste. Les lecteurs n’ont qu’à se reporter au texte de Saidchomsky. 

Je m’interroge surtout sur l’utilité d’un tel démontage pour essayer de prouver que Soral est un charlot dont la vision de l’Histoire ne dépasse pas le niveau d’un habitué des bars qui aurait lu quelques pages sur Wikipédia et les aurait réinterprétées par le filtre de sa paranoïa. 

S’il est des livres dont lire la quatrième de couverture ne suffit certainement pas, celui du sociologue «tombeur de 700 femmes» n’est pas dans ce cas. Il suffit d’avoir lu celle-ci pour avoir déjà une idée assez juste de la très probable médiocrité du contenu du livre que l’on s’apprête à lire.

Soso le charlot écrit : «fruit de cinquante années d’expérience combinant lecture et engagement».  Notre tombeur d’adolescent(e)s n’est donc pas qu’un «surdoué» - Comme il se présente modestement lui-même ou comme il le clame à qui est assez sot(te) pour le croire -, c’est aussi un génie très précoce  (2013-1958 = 55, dès l'âge de cinq ans Soral avait une conscience politique) .

Soso le rigolo nous donne la clé de son ouvrage : décrire «le parcours historique de la domination oligarchique engagée depuis plus de deux siècles (…) qui aboutit au Nouvel Ordre Mondial»  et «met le  Monde Occidental devant un choix»  (binaire) «la dictature de l’Empire ou le début du soulèvement des peuples ; la gouvernance globale et la révolte des nations».

Normalement quiconque s’intéresse à l’Histoire autrement que par de telles simplifications binaires, devrait se dispenser de cette lecture.

Ce n’est pas le cas de Saidchomsky. Lui relève robinesquement tous les erreurs d’interprétation du petit guru. Ceci pour arriver à …  découvrir l’eau chaude. Soral est un antisémite et sa vision de l’Histoire se greffe sur cet antisémitisme (et non l’inverse). Belle découverte ! Donc «Comprendre l’Empire» est un pamphlet antisémite. Nous félicitons Saidchomsky pour sa, tardive, découverte que son ancien guide politique n’est qu’un agitateur d’idées antisémites. 

Ceci dit, les personnes ne connaissant pas encore bien les diverses élucubrations complotistes de Soral peuvent lire avec agrément la suite de cet article qui ressemble à un lynchage en règle ; ce en écartant au passage l’imbécillité et l’indignité de ce petit historien prétentieux à mettre sur un même plan l’antisémite et Stéphane Hessel.  
============================================
Le 22 septembre 2012, SaidChomsky revient à la charge contre Soral à propos de Michelet, Gobineau et du Code Noir 

Pour cela il cite abondamment les deux auteurs cités par Soral dont il n’a aucune peine à montrer que ce dernier n’a qu’une vague idée et/ou ne connaît que des citations choisies (par Blanrue ?) pour tenter de cautionner son antijudaïsme obsessionnel. Jusque là rien à dire. Rétablir la vérité des textes est important.
 
Mais la clôture de son articulet donne des indications plus précises sur les raisons qui l’ont fait se rapprocher du benêt Robin. 

Saidchomsky a trouvé ! L’inspirateur de Soral, c’est Louis Farrakhan  dont le tort principal au yeux de notre petit historien est certainement qu’il se soit converti à l’Islam (on connaît la crétinerie islamophobe  de Robin) et dont il oublie de dire, sans doute en donner une image entièrement négative auprès d’une public profane, qu’il fut un brillant violoniste et non cet être violent et borné qu'il semble s'être imaginé.

Et comme si ce n’était pas assez il ajoute également que Soral «s’appuierait sur» David Duke, raciste déclaré.

En somme Soral est, pour Saidchomsky, un partisan du Ku Klux Kan et un meurtrier potentiel…

Après de telles simplifications partisanes, comment ne pas s’étonner de trouver des soraliens ne voulant plus rien entendre des critiques émises à l’encontre de leur guru ...
 
Peut-on demander  à «Saidchomsky» - lui si scrupuleusement maniaque en matière de citations  - sur quelles citations il s’appuie pour affirmer que Soral  appellerait au meurtre et se déguiserait  pour aller, la nuit, lyncher ou faire peur à quelques «nègres» ?
========================================
Le 3 et 4 décembre 2012 Saidchomsky qui, à l’identique de son maintenant compère en mégalomanie internautique, le benêt Robin, se croit capable d’avoir compris le phénomène socio-politique soralien, commente à nouveau, en deux parties ( un + deux ), une des nombreuses vidéos de celui qui est, pour lui, comme pour son frère d'armes, son ennemi préféré.
   
Notre petit pédant se surpasse cette fois dans la pédanterie la plus ridicule. Il ouvre son articulet par la citation archi-usée de Michel Audiard sur le culot des «cons» mais ne s’arrête pas là dans sa grotesque cuistrerie puisque quant un commentateur (non censuré par Robin le benêt) lui fait fort justement remarquer l’usure de cette citation, le petit crétin pontifiant, après avoir – comme le premier internaute venu fait son petit prof à propos de l’orthographe sur celui qui a le «toupet» de lui faire une simple remarque – «explique»  - à ce même internaute qu’il qualifie de «jeune ingénu» (Et lui Saidchomsky qu’est-il ? un vieux con avant l’âge comme son collègue Robin le niais ?) – que son allusion à Audiard «n’est pas innocente». 

Non elle n’est pas «innocente», elle est tout simplement idiote car elle pose que celui qui l’écrit se croit, lui, capable d’avoir suffisamment pris ses distances avec sa propre connerie. Ce qui est loin d’être le cas pour Saidchomsky , «con», s’il en est, du genre pontifiant.  

Sur le second fil, il pontifiera à nouveau à propos d’une pourtant juste remarque (Saidchomsky n'admet pas les remarques) qui lui est faite en commentaire suite à sa robinesque dénonciation des propos de Soral sur les conséquences des traumatismes liés à l’exercice de la boxe. Saidchomsky, aveuglé par son antisoralisme primaire, parle à l’évidence d’un sujet qu’il connaît très mal. 

Sur ces deux fils, on apprend également, au passage, en commentaire, qu’il n’est «pas toujours d’accord avec les thèses» du nazillon Thomas Ferrier mais qu’il a «trouvé remarquable la qualité de son entretien avec Jean Robin». Bel exemple du "rigoureux discernement" dont se targue notre vaniteux ...

On apprend, et il est très important de le noter, que pour Saidchomsky : «tous ceux qui souscrivent aux discours actuels de Soral sont bêtes, naïfs, haineux, complotistes, paranoïaques». «Tous», vraiment ? Aux «discours actuels» ? Notre ex-soralien veut-il dire là qu’un soralisme débarrassé de son antisémitisme aurait peut-être son agrément, veut-il dire que ce qu'il reproche à Soral n'est pas tant une grande partie de ses idées mais plutôt son côté béotien ? 

Cette fois-ci non plus je ne commente pas ce que Saidchomsky croit être, à travers quelques rapides phrases,  l’implacable dénonciation de la médiocrité intellectuelle de Soral. D’abord parce qu’il n’y a rien de nouveau ; mais aussi parce que cette dénonciation, venant d’un tout petit monsieur tel que lui, n’a pas grande valeur.
==============================================

Le 22 décembre 2012 enfin (espérons-le !) Saidchomsky écrit à nouveau sur  l’inculture historique de Soral.

On saura que lui, Saidchomsky a une solide culture dans ce domaine puisqu’il lit les compte-rendus d’ouvrages d’Histoire sur le site d’un contrôleur de gestion auto-institué spécialiste de l’économie auprès de certains fractions de l’extrême-droite.

Une nouvelle fois Saidchomsky nous confie ses références intellectuelles (trouvées donc sur le site de Michel Drac). Ici, c’est «l’un des plus grands médiévistes français». Ce sur quoi n’importe qui d’honnête et d’informé comme lui par la lecture d'une fiche Wikipedia, sera parfaitement d’accord.

Mais Saidchomsky militant soralo-robinesque à éclipses doit trouver que ce n’est pas assez pour convaincre de la qualité de Jacques Heers. Il lui rajoute deux bonus. Le premier est qu’il a «souvent été invité sur Radio Courtoisie», le second que «Bernard Lugan le respecte éminemment». 

En somme ce qui compte le plus, pour notre petit historien, qui prétend être parfaitement neutre sur le plan idéologique et un modèle de perfection en rigueur intellectuelle, c’est d’être régulièrement invité sur une Radio très ouverte à la droite et beaucoup à l’extrême-droite et d'être respecté par un homme qui, à l’occasion, a donné ses cours en habits de colonial et un fouet à la main et a fait flotter le drapeau nazi sur sa maison ; homme enfin dont les travaux sont contestés par de nombreux historiens

Mais c’est aussi dans ses réponses aux commentaires que sa petit prose suscite que Saidchomsky écrit le "meilleur".

En date du 23 décembre suivant il écrit à ce qu’il imagine - toujours aussi imbu de lui-même- un «étudiant immature et sans culture» : «Chaque erreur pointée est une critique d’une partie du raisonnement, l’ensemble est la critique du raisonnement global». Je ne sais si son contradicteur était tel qu’il se l’imaginait mais ce que je sais, à lire cette phrase stupide, est que ce pauvre Saidchomsky raisonne comme un âne. Ce qui est plutôt amusant quant on voit qu'il se permet de tancer un autre commentateur qu’il accuse «d’avoir des problèmes de compréhension».
============================================= 
Mais qui est donc finalement «Saidchomsky» si ce n’est un  bouffon pédant qui se prétend historien et qui s’est mis au service d’un bouffon crétin qui se prétend journaliste

=============================

«Saidchomsky» ou le petit coq arrogant.
=============================

On trouvera ci-dessous mon essai de communication avec le petit coq arrogant fumiste caché derrière le ridicule pseudonyme de «Saidchomsky». 

Ceux de mes amis qui me connaissent dans la réalité, et donc connaissent mon parcours, apprécieront plus particulièrement la sottise prétentieuse de ce pitre qu’il a à vouloir à tous prix - ici un prix qui le rend comique  -  me parler de haut ("jeune padawan", "jeune immature", etc, ). 

Si ce clown a quitté Egalité & Réconciliation, il a par contre, conservé la suffisance amusante  des «intellectuels » en carton-pâte de la soldatesque soralienne

Tout comme celui avec lequel il collabore,  internet a développé chez lui une forme particulièrement ridicule de mégalomanie.

C’est donc bien un bouffon. CQFD

PS : Ceux qui ont lu mes autres billets auront compris que Manray = Mézigue. Voir ici.



De : Man Ray  A: saidchomsky
le : Ve, 28 Déc 2012 18:07
Sujet : Et vous trouvez cela normal ?
Bonjour,

Je me permets de vous importuner pour vous demander si vous trouvez cela normal que votre ami Jean Robin m'ait coupé la parole ?

Voyez ci-jointes les copies d'écran qui montrent que mes commentaires n'avaient rien d'injurieux pour qui que ce soit et donc auraient dus être validés.

Vous êtes-vous demandé pourquoi Jean Robin préfère publié des commentaires de soraliens stupides plutôt que ceux de gens qui essaient de comprendre ?

J'aimerais votre avis sincère

Cordialement
MANRAY

Message du 09/01/13 22:35
De : saidchomsky@XXXXXX.fr A : man.ray0@XXXXXX.fr
Objet : Re : Et vous trouvez cela normal ?
Bonsoir,

Désolé de n'avoir pas répondu plus tôt.

Tout d'abord, Jean Robin n'est pas mon ami. C'est quelqu'un qui m'ouvre parfois les pages de son site pour quelques uns de mes textes.

Je le remercie pour cela. Peut être un jour sera-t-il un "ami" effectivement, je n'en sais rien.

Je ne sais pas non plus pourquoi vos commentaires n'ont pas été validés. Je ne peux que vous conseiller d'ouvrir votre propre site et d'y poster vos commentaires si vous n'êtes pas content du sort qui vous est réservé.

Car, si vous estimez que nombre de commentaires sont ceux de soraliens stupides, vous semblez très frustré de ne pouvoir rejoindre cette sympathique bande.

Il semblerait que vous ayez créé votre blog d'ailleurs http://tatamoche.blogspot.fr/

Je vous souhaite donc bonne réussite.

De : Man Ray  A: saidchomsky
le : Je, 10 Jan 2013 19:17
Sujet : Une leçon pour vous ...
Une leçon pour vous ...

http://tatamoche.blogspot.fr/2013/01/le-sophiste-soral-se-fait-deculotter.html

Le 11/01/13 00:16
De : saidchomsky@XXXXXX.fr  A : man.ray0@XXXXXX.fr
Objet : Re : Une leçon pour vous ...
J'avais lu l'article puisque publié sur Enquête et Débat.

Certes, son auteur fait preuve d'une certaine maîtrise des outils rhétoriques. Mais on sent trop qu'il s'écoute parler et passe à côté d'un point essentiel: captiver l'auditoire et être efficace.

Très vite, on est lassé: si l'on enlève le catalogue des armes utilisées dans les discours (qu'on retrouve dans nombre d'ouvrages, dont un fameux de Normand Baillargeon), si on enlève ce qui a déjà été dit par d'autres sur Soral, si on enlève les enfleries discursives, que reste-t-il?

Un texte qui séduit Man Ray. Man Ray qui tente désespérément de provoquer chez moi ou Jean Robin ou peut-être d'autres une réaction. Dans quel but? Pour exister!

Vous existez Man Ray et j'ai reçu une belle leçon avec ce texte.

Vous avez gagné.

Questions:

Ecrire des textes sur Soral fait-il de moi un antisoralien?

Pourquoi dites-vous que j'étais soralien?

Suis-je donc aujourd'hui "robinien"?

Pourquoi pensez-vous que je mens?

Pourquoi pensez-vous que mon identité finira par être révélée?

Qui êtes-vous Man Ray?

Je brûle de le savoir.

Cordialement

De : Man Ray A: saidchomsky
le : Me, 16 Jan 2013 11:12
Sujet : Et là, vous vous reconnaissez un peu mieux ?
Et là, vous vous reconnaissez un peu mieux mon bon Monsieur ?

http://tatamoche.blogspot.fr/2013/01/le-sophiste-soral-se-fait-deculotter.html

Le 16/01/13 19:31 De : saidchomsky@aim.com A : man.ray0@XXXXXX.fr
Objet : Re : Et là, vous vous reconnaissez un peu mieux ?
C'est excellent.

Ne changez rien.

Cordialement

De : Man Ray  A: saidchomsky
le : Je, 17 Jan 2013 9:04
Sujet : PS
PS : Je crois savoir que Mézigue publiera cet échange.

Les lecteurs sauront alors quel "ami du dialogue" vous êtes.

Et donc en quoi vous n'êtes sur ce plan pas très différent de Robin.

Le 17/01/13 18:48
De : saidchomsky@aim.com  A : man.ray0@XXXXXX.fr
Objet : Re : PS
C'est de mieux en mieux.

Vous êtes sur la bonne voie.

Poursuivez

Cordialement

De : Man Ray  A: saidchomsky
le : Je, 17 Jan 2013 20:11
Sujet : re: Re : PS
Bonsoir,

Je me passerai de votre autorisation et surtout de vos imbéciles encouragements ...

Cordialement

Le 17/01/13 20:23
De : saidchomsky@aim.com  A : man.ray0@XXXXXX.fr
Objet : Re : : PS
Et là jeune padawan, vous reconnaissez être Mézigue, du blog tatamoche. Ce que je savais déjà.

Mais c'est tellement bon de vous l'entendre dire.

Vous êtes gentil. Je vous aime bien.

Cordialement

De : Man Ray A: saidchomsky
le : Je, 17 Jan 2013 21:14
Sujet : Audience
Ci-joint une copie d'écran

C'est juste pour vous donner une idée du nombre de gens qui risquent de prendre connaissance de mon petit laïus sur vous

Le 17/01/13 21:42
De : saidchomsky@aim.com A : man.ray0@XXXXXX.fr
Objet : Re : Audience
Fort bien.

Je n'écris pas pour convaincre. J'écris pour démontrer, révéler, expliquer, partager.

Ecrivez ce que vous semblez juste d'écrire sur moi.

Je ne cherche pas l'audience, je n'attends rien d'internet..

Ce qui ne semble pas être votre cas, semble-t-il.

Pour l'instant vous n'avez pas montré grand'chose de moi.

J'attends

Cordialement

De : Man Ray A: saidchomsky
le : Ve, 18 Jan 2013 5:50
Sujet : re: Re : Audience
Bonjour,

«Je n'écris pas pour convaincre. J'écris pour démontrer, révéler, expliquer, partager»

Je crois que vous êtes sincère. Le problème est que les choses sont un petit peu plus compliquées que vous semblez vouloir l’imaginer. Surtout quant il s’agit de tels sujets (ici d’idéologie)

Si votre motivation première lorsque vous écrivez n’est effectivement pas de «convaincre», à partir du moment où vous exposez une thèse, vous allez essayer de la défendre et donc d’essayer de convaincre vos lecteurs qu’elle est juste. Dans votre premier article contre Soral, votre thèse, que je pense pour ma part juste, est de démontrer que Soral écrit n’importe quoi (en particulier sur Chomsky). Pourquoi nier que vous avez cherché à convaincre vos lecteurs de la justesse de votre thèse ?

Pour «partager», comme vous dites, encore faudrait-il être capable de faire un peu plus d’effort que vous ne faites lorsque que quelqu’un comme moi vous interpelle aimablement …

A lire vos articles, je ne vois pas très bien ce que vous avez «révélé»

«Ecrivez ce que vous semblez juste d'écrire sur moi».

Je vous remercie mais encore une fois je me passerai de votre autorisation … Et si j’écris des choses qui vous semblent injustes, rien ne vous empêche de dire en commentaire sur le blog que vous les trouvez telles. Je suis un homme de dialogue. J’ai l’ai amplement montré en allant discuter, sur leur terrain avec des partisans de Soral (Mais j’aurai du mal, je l’avoue avec un véritable antisémite …)

«Je ne cherche pas l'audience»,

A qui voulez-vous faire croire cela ? Si vraiment vous ne cherchiez pas d’audience vous vous seriez contenté de faire paraître votre article sur un blog anonyme (1)

Or il est paru (12 et 13 /09/10) quasiment simultanément sur JJSNews, LePostArchives, juif.org et Enquêtes & Débats . Pardonnez-moi mais j’ai du mal à croire que tous les Webmestres de ces sites aient réagi simultanément et/ou soient allé vous prier d'écrire un article pour eux. Il y a bien initiative et volonté de votre part.

(1) Voyez avec ce lien quelqu’un qui ne cherche réellement pas d’audience

Quelqu’un dont pourtant les articles devraient, étant données leurs très grands qualités, avoir une audience plus grande que la vôtre …

«je n'attends rien d'internet»

Je ne comprends pas très bien ce que vous voulez signifier par là. Voulez-vous dire que contrairement par exemple à Jean Robin dont le but est clairement affiché (Créer une petite structure d’information sur le net et éventuellement en vivre), vous n’en attendez rien de cette sorte ?

Je vous crois aisément mais dire que vous n’attendez «rien d’internet» alors que vous avez donc mis sur la toile un texte visant explicitement un acteur omniprésent du net, je suis sceptique.

«Ce qui ne semble pas être votre cas, semble-t-il.»

Seul votre «semble» vous sauve car sinon vous êtes dans l’erreur complète. Je me suis durant des années complètement passé du net comme je me suis depuis toujours passé de télévision. Si j’ai créé un blog c’était, au départ, uniquement pour répondre à un petit crétin qui s’était emparé de mon patronyme et le calomniait sur la Toile d'une façon particulièrement odieuse et stupide (insultes de mon épouse qu'il n'a jamais vu !) Dans un deuxième temps j’ai voulu dire mon sentiment sur ce que j’estime être des bouffons tant je suis effaré de la multiplication de ceux-ci sur le net :


Si je vous ai donné une preuve de l’audience de ce blog c’était pour vous faire réagir (ce qui a été une réussite semble-t-il …  ) et parce que votre réflexion sur le fait que «j’existe» m’a semblé sortir du même tonneau que celle que Jean Robin utilise quant on s’adresse à lui (Moi j’existe, répond-t-il, vous pas) car lui, ce pauvre jeune homme gavé de télévision, a cet irrépressible désir : exister médiatiquement.

Ce qui est, contrairement à ce que vous insinuez pour la seconde fois, le cadet de mes soucis

«Pour l'instant vous n'avez pas montré grand'chose de moi»

J’ai tout de même montré, pour qui sait lire, vos naïvetés idéologiques (A propos notamment d'Alain de Benoist).

J’ai également montré que le fait d'avoir collaboré à plusieurs reprises au site de Jean Robin ne parle pas beaucoup en faveur de votre perspicacité intellectuelle... ni de votre neutralité axiologique.

J’ai aussi montré que la l'honnêteté intellectuelle dont vous semblez vous targuer n’est pas aussi vraie  vous l’affirmez (oubli de certains faits)

Il me semble que ce n’est pas rien.

Cordialement

Bonne journée

PS : Vous ne m'avez pas dit ce que vous pensez de l'article de Dufoing qui, tout comme vous l'avez fait, dénonce les impostures de Soral  



Le du 18/01/13 19:04
De : saidchomsky@aim.com A : man.ray0@XXXXXX.fr
Objet : Re : : Audience
Bonsoir,

Non, je n'ai pas réagi parce que vous avez évoqué l'audience. J'ai réagi parce qu'il me semblait que vous tourniez en rond.

Pour le dialogue, entamons le puisque vous le souhaitez.

Mais il faudrait que vous me précisiez quelques points:

1. Où avez-vous montré mes naïvetés idéologiques, et notamment sur Alain de Benoist? Car je suis passé à côté.

2. Quels faits ai-je oublié qui ne plaident pas en faveur de mon honnêteté intellectuelle?

Sinon, sur votre prétendue amabilité, dès votre deuxième message, vous me traitiez de menteur.

Est-ce ce que vous appelez être aimable?

Cordialement

Le 18/01/13 22:11
De : "Man Ray" A : saidchomsky@aim.com
Objet : re: Re : : Audience
Bonsoir,

Je «tournais en rond»  parce que rien n’indiquait que vous étiez prêt à discuter sérieusement. Il n’a pas fallu moins d’une dizaine d’échanges avant que vous vous décidiez !

Vos non-réponses, teintées de ce que vous croyez être de l’ironie (pour information l’ironie passe très mal par le biais des courriels) traduisaient un mépris profond.

Un dialogue, ça se fait à deux. Si vous pensez que le dialogue peut commencer parce (puisque) que je le souhaite – mais vous pas vraiment ?  – quelle sorte de dialogue peut démarrer ?

Il faudrait également que vous vous ôtiez l’idée de la tête que vous pouvez, comme vous l’avez fait si facilement avec ce pauvre Soral, m’en imposer d’une quelconque façon sur le plan intellectuel.  

(1) Relisez le fil qui vous est consacré sur tatamoche. Je parle très clairement de votre sentiment sur Alain de Benoist …   Je crois que vous ne connaissez pas très bien le parcours ni les véritables idées d’Alain de Benoist à écrire ce que vous écrivez sur lui

(2) Relisez-moi (idem) … Ne pas signaler que l’article que vous critiquiez avait paru dans la feuille de choux d’extrême-droite (appelée par vous «brochurette») où a écrit celui que plus loin vous encensez, est un oubli qui relève à minima d’une rhétorique bancale, au pire de la malhonnêteté intellectuelle.

Donnez-moi la phrase exacte (je ne l’ai pas retrouvé) et la date du mail dans lequel je vous aurais traité de «menteur» (NDLR Comme on peut le constater le mot «menteur» ne figure dans aucun de mes premiers messages) et je pourrai alors vous répondre précisément.

Cordialement    

De : Man Ray A: saidchomsky
le : Di, 20 Jan 2013 10:04
Sujet : Silence
Bonjour,

Vous vous êtes plaint du "silence méprisant" de Messieurs Gresh et Bricmont mais je constate que vous agissez de même.

Mais la différence entre eux et vous est que les premiers pourraient très facilement vous répondre (la preuve en est que même un Zemmour a pu le faire … et avec une très grande facilité d’ailleurs) alors que vous, vous n’êtes manifestement pas capable de répondre clairement et rigoureusement à mes remarques (Mais peut-être ne les comprenez-vous-même pas ?)

 J’ajoute que, pour ma part, je ne considère pas cela comme du «mépris» mais comme de la bêtise de la fainéantise et/ou de la lâcheté …

Ceci me confirme – avec votre adhésion à E & R (Car il faut jeune pour adhérer à cette association, sinon c’est grave) – que vous êtes bien un jeune homme (ou peut-être, hélas pour vous déjà moins jeune) avide de reconnaissance et en cela guère différent de ce benêt de Jean Robin. Ce qui explique au passage pourquoi vous ne voyez pas ce qu’il y a de déshonorant à «publier» sur le site de ce corniaud.

En repensant à votre première «réponse», je me suis rappelé que vous aviez «oublié» (pas été capable) de me répondre sur la censure débile que pratique ce pauvre niais.

Cela aurait dû m’informer sur vos capacités à comprendre certains problèmes éthiques.

Voilà les quelques remarques que m’inspirent votre autisme relationnel.

Cordialement

Bon dimanche

MANRAY

Le du 20/01/13 13:01 De : saidchomsky@aim.com A : man.ray0@XXXXXX.fr
Objet : Re : Silence
Bonjour,

Je constate que vous êtes un impatient. Vous avez besoin qu'on vous réponde tout de suite. Votre dernier message date de 36 heures.

Comme vous n'avez pas de vie sociale et passez votre temps sur internet à bavasser, vous pensez que tout le monde fait de même.

Vous êtes pathétique.

J'avais commencé vendredi soir cette réponse:

"Je n'avais pas lu votre article et j'avais bien raison. Mais devant votre insistance pour que nous dialoguions, j'ai fait l'effort de le lire.

1. Sur Alain de Benoist, j'ai beaucoup lu ses écrits. J'ai entendu ses entretiens, conférences. Je maintiens ce que j'ai dit. Avoir des idées qui font que l'on nous place à droite ou à gauche est une chose. Se positionner soi-même à droite ou à gauche est une autre chose. Dans les deux cas, c'est réducteur (cf ce que dit Alain de Benoist sur le clivage droite/gauche).

2. Donc Frédéric Taddéi est d'extrême-droite. Et Bernard Pivot également. Michéa qui cite et lit Alain de Benoist également."

J'allais la terminer aujourd'hui.

Mais vous n'en valez décidément pas la peine.

Je vous laisse à vos pleurnicheries, à vos remarques stériles et vous souhaite bon vent sur la Toile qui semble votre seul horizon.

Je ne vous salue pas, jeune immature.

Le 23/01/13 22:39
De : "Man Ray" A : saidchomsky@aim.com
Objet : re: Re : Silence
Bonsoir,

Avec mes dernières notes, j’en ai presque fini avec vous :

http://tatamoche.blogspot.fr/2013/01/saidchomsky-est-il-le-bouffon-dun.html

Je n'ai plus qu'à rajouter notre échange de mails pour bien montrer quel petit coq vaniteux vous êtes

Bonne continuation



Le 20/01/13 15:21
De : "Man Ray"  A : saidchomsky@XXXXXXX.com
Objet : Alors on s'énerve mon petit ?
Bonjour mon petit ami,

Je me doutais que vous tiendriez pas la route bien longtemps ...
Je n'ai pas besoin qu'on me réponde rapidement. Qu'est-ce qui vous faire croire cela ?

J'entretiens des correspondances épistolaires (bien avant que par mails) et donc espacées de plus de 36 heures,  certainement  depuis plus longtemps que vous ne savez lire ...
Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que je n'aurais "pas de vie sociale" ? Rien !
Vous ne savez en réalité rien de ma vie et de plus, vos spéculations oiseuses n'ont rien à faire avec ce qui devrait être une réponse intelligente

Votre accusation de "pathétisme", petit coq arrogant, n'est que la copie conforme de celles de tous les internautes en panne d'arguments
Elle n'a strictement aucun intérêt

Si vous continuez à dire, à rebours de bien d'autres, qu'il n'y a rien sur tatamoche, vous avez raison, brisons là !


Ce d'autant qu'il est clair maintenant que vous ne comprenez rien à ce que j'écris et que vous êtes de la plus parfaite mauvaise foi.


1) Vous n'avez manifestement rien compris à ma critique d'Alain de Benoist. Je vais finir par croire que vous êtes aussi simplet que celui avec qui vous collaborez, le crétin Jean Robin


2) Je n'ai, bien entendu, pas écrit que Taddeï ou Pivot "seraient d'extrême-droite". Vous êtes un affabulateur et un crétin.

Pour information un nouveau chapitre sur vos articles de petit "penseur" de droite.


Vous avez choisi de vous défiler ? Tant mieux ! Je n'en serais que plus libre pour vous répondre comme il se doit

Cordialement

Mézigue


Le 21/01/13 06:06
De : "Man Ray"  A : saidchomsky@XXXXaim.com
Objet : re: Re : Silence
PS : Si vous avez un peu de virilité intellectuelle et que donc vous vouliez me répondre je vous conseille de lire auparavant cet échange
Il concerne Alain de Benoist. Il devrait donc vous intéresser… L’échange en lui-même aussi si vous êtes un minimum curieux et ouvert d’esprit


Mais ne vous fatiguez pas trop l'esprit  non plus ...
Cordialement



Un dernier exemple de la pitrerie de ce "rédacteur pour site de simplet" 

Le 01/02/13 11:57  De : "Man Ray"  A : saidchomsky@XXXXX.com
Objet : Votre article sur François Jarrige


Bonjour

Je viens de lire votre article.
Dénoncer un plagiat est peut-être quelque chose «d’honorable» (Mais pas bien nouveau) mais le faire sous pseudonyme, certainement pas.  Sur ce point vous valez donc moins que Jean Robin.
En tous cas cela confirme ce que je vous avais dit. Votre identité finira par être connue (Cette fois vous donnez des renseignements plus précis sur votre cursus ; renseignements qui permettent d’orienter une recherche éventuelle de votre identité …).
Votre adhésion à E&R et surtout la volonté d’avoir caché ces faits seront alors, soyez en certain, un «moins» pour vous …   
Cordialement
Mézigue 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire